Aujourd'hui, je vous présente une petite bricole rapidement cousue pour un futur cadeau. Une tortue comme celle que j'ai déjà fait en vert et rose. Cette fois-ci, je l'ai déclinée en blanc et noir, c'est à elle qu'était destinée ma broderie du dernier message.Inspiration trouvée chez Dietrolangolo.

DSC03396 DSC03397

DSC03402 DSC03401

DSC03398

Une pochette pour des ciseaux et un porte-aiguilles à l'intérieur

DSC03399 DSC03400

***

Quelques croix photographiées lors de notre ballade de lundi dernier (congé de l'Action de Grâce)

Rue Principale, st-simon

Rue Principale à Saint-Simon-les-Mines

9o ème rue, st-georges

90 ème rue à Saint-Georges-de-Beauce

Avenue Principale, St-Benjamin

Avenue Principale à Saint-Benjamin

***

Un peu de lecture? Ou si vous préférez vous pouvez écouter cette chanson des Colocs (Paroles d'André Fortin) ici

Comète

Comme le temps est pesant en mon âme escogriffe

Un grand ciel menaçant, un éclair qui me crie

Ton coeur est malicieux, ton esprit dans ses griffes

Ne peut rien faire pour toi et tu es tout petit

Les nuages voyageurs font des dessins abstraits

Ils me parlent de bonheur que jamais je n'entends

Je pourrais faire comme eux et partir sans délai

Léger comme une poussière transporté par le vent

Et dans la solitude de ma danse aérienne

Le courage revenu, je trouverais les mots

Je réciterais sans cesse des prières pour que vienne

La douceur du silence d'un éternel repos

Mais...

Épuisé que je suis je remets à plus tard

Le jour de mon départ pour une autre planète

Si seulement je pouvais étouffer mon cafard

Une voix chaude me dirait: tu brilles comme une comète

Tu brilles comme une comète

Comme la lune est moqueuse quand elle s'empare du ciel

Elle me regarde aller comme une lampe de poursuite

Je voudrais la détruire ou me poser sur elle

Étourdi par son charme qui jamais ne me quitte

Je suis comme une loupe que le soleil embrasse

Ses rayons me transpercent et culminent en un point

Allument le feu partout où se trouve ma cuirasse

Et après mon passage, il ne reste plus rien

Et dans la solitude de ce nouveau désert

J'aurais tout à construire pour accueillir la paix

Et tout mon temps aussi pour prévenir l'univers

Que la joie est revenue et qu'elle reste à jamais...

Mais...

Condamné par le doute, immobile et craintif

Je suis comme mon peuple, indécis et rêveur

Je parle à qui le veut de mon pays fictif

Le coeur plein de vertige et rongé par la peur

Et dans la solitude de ce nouveau désert

J'aurais tout à construire pour accueillir la paix

Et tout mon temps aussi pour prévenir l'univers

Que la joie est revenue et qu'elle reste à jamais

*-*

 

Je dédie cette chanson à mon cousin qui a perdu son combat l'an dernier contre son troisième cancer, il avait 38 ans.

Je la dédie aussi à mon oncle (unique frère de mon père) qui est décédé subitement hier matin.

Soyez en paix

***

 

DSC03366 DSC03366 DSC03366

N