...mais ça avance. Tout d'abord, les rénos: Peinture terminée pour les murs, ceux de l'entrée à gauche et ceux de mon salon-atelier à droite. Oui, oui, vous ne rêvez pas, le bleu est aussi vif que sur la photo.

 

DSC02886 DSC02887

Le plafond en lambris de pin légèrement blanchi, terminé aussi, voici un aperçu pendant la pose.

DSC02890

Reste les moulures en coin au plafond, celles des fenêtres et les revêtements de sols. Encore un peu de boulot, mais la fin approche. Le plus dur reste à venir... la déco!! J'ai hâte et un peu peur aussi, et si je ratais mon coup et que c'était laid!! ;)

***

Un peu de couture, un bloc de plus pour mon Dear Jane, assez difficile, couds, découds, recouds, vous connaissez sûrement cette recette,  mais j'y suis arrivé!

B-6 Wild Goose Chase

 

DSC02881

Ouf!

***

2 blocs pour mon patch de l'Acadie, le drapeau:

DSC02878

Le second, une femme et sa fille sur une plage qui attendent d'être déportées. On ne les voit pas très bien sur la photo, j'ai brodé une barque à gauche et un voilier au loin à droite.

DSC02888

Dans les régions rebelles, tous les hommes et leurs garçons agés de 12 ans et plus furent convoquer dans les églises. Cette convocation était un piège pour aider à la déportation. Il fut donc facile aux anglais de les embarquer sous la menace de leurs armes sur les bateaux et de faire ensuite venir les femmes avec leurs enfants pour rejoindre leurs maris. Des femmes refusèrent d'embarquer si elles ne pouvaient rejoindre leurs maris. Les anglais leur promirent que des échanges seraient effectués sur les bateaux pour que les familles soient à nouveau réunies. Mais ils ne tinrent pas leur promesse...

En certains endroits, les anglais eurent plus de respects et les familles ne furent pas démembrées. En d'autres lieux, la cruauté fut poussée au maximum,  les maris furent séparés de leurs femmes, et les enfants furent séparés de leurs parents.  On projetait alors de les faire adopter par des familles anglaises pour accélérer leur intégration afin qu"ils deviennent de bons sujets britanniques.

On estime entre 8000 et 10000 (parfois 12000 selon certaines sources) acadiens qui ont été déportés, 3000 à 3500 auraient fuit vers des terres françaises. Plusieurs sont morts en mer et des milliers d'autres succombèrent de maladies.

croix

Photo empruntée à : Le grand dérangement 

(Texte très intéressant sur l'histoire de ce peuple avec plusieurs illustrations)

***

Pour revenir au Québec, une croix sur le Chemin Royal à Notre-Dame-des-pins, un peu fatiguée, mais toujours là. Sera-t-elle relevée ??

DSC02880

***

 

 

DSC02884 DSC02882 DSC02884

Au revoir!

N